Be sportif – Devenir un sportif, un vrai

Des liens de proximité existent entre sport, santé, économie et environnement, depuis longtemps. Les liens avec l’environnement et la santé sont plus évidents avec les « sports de pleine nature », et indirects (via les impacts différés ou indirects) avec les sports en salle ou les sports dits « automobiles » ou « mécaniques ». En tant que tels, les enjeux de soutenabilité du développement des activités sportives ont vraiment émergé dans les années 1990, dans le contexte du Sommet de la Terre de Rio (juin 1992) et de ses suites. Le Mouvement olympique considère depuis 1999 « l’environnement comme le troisième pilier de l’Olympisme, après le sport et la culture » et dit avoir « développé une politique volontariste de défense de l’environnement qui s’est exprimée dans le « Pacte de la Terre », les actions de collaboration avec le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), la réalisation de Jeux Olympiques « verts » et la tenue de conférences mondiales et régionales sur le Sport et l’environnement ».

La pollution a son importance pour les grands évènements sportifs, car elle peut nuire aux performances des sportifs eux-mêmes. « Plusieurs études ont montré que l’exposition à l’ozone ou aux microparticules quand on fait du sport réduit la capacité pulmonaire totale, diminue les performances et surtout augmente le risque d’asthme » explique le Dr Pierre Souvet, Président de l’Association Santé Environnement France. La pollution de l’air s’invite d’ailleurs souvent aux Jeux Olympiques. En 1984, aux Jeux olympiques de Los Angeles, le coureur de 800 mètres Steve Ovett s’était effondré pendant la finale en raison de problèmes respiratoires liés en partie selon lui à la pollution. En 2008 aux Jeux de Pékin, les autorités avaient réduit la circulation des voitures et fermé des centaines d’usines. À Londres, on craint d’être confronté au même problème.

Wikipedia

En savoir plus : besportif.com.

Be sportif - Devenir un sportif, un vrai